Lecture – Permaéconomie – Emmanuel Delannoy

Lecture – Permaéconomie – Emmanuel Delannoy

J’ai acheté ce livre au détour d’une conférence à l’Université Jules Verne. La librairie Coiffard de Nantes avait un stand avec quelques livres autour du thème de l’université « Osons la différence pour faire grandir nos entreprises »

J’y ai donc acheté le livre Permaéconomie d’Emmanuel Delannoy, paru en 2016 aux éditions Le Monde qui vient. Emmanuel Delannoy est consultant et conférencier, spécialiste de l’innovation durable et biomimétique.

J’ai évidemment tout de suite été attirée par ce titre et je ne regrette pas cette lecture. La première partie est remplie d’exemples sur comment des entreprises ont réussi à utiliser les données de leur écosystème pour innover et proposer des solutions plus durables à leurs clients.

La deuxième partie s’attache, quant à elle, à montrer l’état actuel de notre économie, quelle est son histoire et quelles sont les changements en cours.

Si nous avons vraiment quelque chose à apprendre du vivant, c’est de sa capacité d’adaptation, sa plasticité dynamique et sa résilience que nous devrions nous inspirer.

La 3e partie s’attache à ouvrir le champ des possibles et montrer ce vers quoi nous pourrions aller, quels seraient les leviers d’action, les domaines d’innovation.

Un ouvrage autrefois célèbre et maintes fois réédité, avait pour titre Le ménage des champs et de la ville, ou le nouveau jardinier françois. Ce traité de cuisine et de jardinage […] insiste sur la nécessité de savoir renoncer, dans une certaine mesure, au désir de maîtrise pour faire confiance et accompagner en douceur, en laissant faire ce qui marche bien tout seul.

Emmanuel Delannoy termine son livre par une proposition de définition de la permaéconomie en se basant sur les principes de permaculture :

La permaéconomie vise au maintien de la richesse, de la diversité biologique et de la fonctionnalité écologique de la biosphère en tant que capital naturel, support de la production économique.

Son propos étant que l’économie est incluse dans son écosystème et ne peut donc s’en affranchir par exemple en consommant plus de ressources que la biosphère ne peut en produire.

Finalement, j’ai trouvé ce livre intéressant comme première approche. Il pose un constat, ouvre des pistes d’innovation et d’amélioration de notre économie. Je regrette toutefois que l’application des principes de permaculture et de biomimétisme ne soient traités qu’en annexe alors qu’ils auraient mérité un chapitre, voire un livre entier.

Si vous avez lu ce livre, qu’en avez-vous pensé ?

Si vous ne l’avez pas lu et que vous êtes sur Nantes, je pourrai vous prêter mon exemplaire, alors contactez-moi.

Anne
Anne Cheffe de projets informatiques sur Nantes. Ecolo inquiète pour la planète. Ingénieure féministe