Agilité, Design et Permaculture

Agilité, Design et Permaculture

2020, Jan 11    

Aujourd’hui de nombreux systèmes d’information sont construits autour de véritables « usines à gaz » faites de vieilles briques technologiques ou d’ERP extrêmement complexes.

Jardin en friche

Les dirigeants, ou les DSI, parfois bien conscients de la complexité de leur SI, veulent aussi rattraper le train des dernières tendances. Ajouter une appli mobile par-ci, de la réalité virtuelle par-là et surtout être agile. Parce que ne pas être agile aujourd’hui, c’est être complètement has-been.

Ainsi ils réorganisent leurs services en mode produit, recrutent tous les coachs agiles du coin et instaurent une dizaine de cérémonies agiles par semaine. Impératif : la collaboration !

On dirait moi avec mon jardin. Après des années de laisser-aller, on se décide enfin à réaménager le jardin et à planter des tomates et des carottes partout. C’est bon et il paraît que c’est facile à cultiver.

Oui mais les carottes ne sont pas du tout de cet avis ! Autant les tomates se lancent et s’épanouissent, autant les carottes…

Il y en a bien quelques-unes qui ont essayé mais elles sont restées à l’état de mini-carottes, faute d’avoir trouvé leur place au jardin. Les arbres bien enracinés depuis des décennies leur font trop d’ombre ou bien le couloir de vent est trop violent, ou encore la cohabitation avec les autres plantations ne leur convient pas.

En quoi le design peut-il nous aider ?

Le design (ou conception en français) est très utilisé pour concevoir des interfaces (UX/UI design) mais ce serait se limiter de ne voir que cela.

Le design permet de remettre le besoin au centre de la réflexion. Il est d’ailleurs très utilisé en permaculture pour observer l’environnement avant d’intervenir puis pour concevoir un jardin où tous les éléments sont en adéquation les uns avec les autres.

  • Que veulent mes clients / utilisateurs / collaborateurs ?
  • Quelles sont leurs habitudes, leurs méthodes de travail ?
  • Quel est mon rôle dans ce processus ?
  • Ai-je assez paillé, ai-je bien associé, ai-je laissé la nature se développer ou ai-je voulu tout contrôler ? (Je pense à mes carottes arrachées pour « vérifier » si elles étaient prêtes… réponses : non et elles ne se sont jamais remises au travail après)

Changement de méthodes

Le changement de méthode nécessite également un changement d’attitude managériale. Notre but est-il de contrôler l’efficacité et la productivité de chaque équipe ou de satisfaire nos clients et utilisateurs ?

Une bonne conception de nos projets informatiques avant le démarrage, grâce à des démarches d’UX design ou de design de services, permet de prendre en considération toutes les parties prenantes, de réfléchir à comment elles vont pouvoir travailler ensemble, d’ajouter du liant, des supports, de la méthode pour les aider à grandir.

C’est en tout cas ainsi que je vois mon rôle : concevoir des applications et des services numériques qui répondent à un réel besoin plutôt qu’à la dernière tendance. Travailler dans un but commun et dans la bonne humeur, apaiser les guerres de tranchées et manger des cookies (euh pardon des carottes)